L’hypnose humaniste, un soutien pour les malades psychiques.

Je me souviens de Claire. Elle avait 45 ans. Le visage éteint, le corps comme une machine sans vie. Elle est venue accompagnée de sa mère à la première séance. Sa mère avait 75 ans et se donnait corps et âme pour sauver sa fille. Aucun diagnostic dans le milieu hospitalier n’avait pu être posé, mis à part un syndrome dépressif. Elle était pourtant déclaré « handicapée ». Claire souffrait d’angoisses terribles «  à l’extérieur » depuis l’âge de ses 18 ans. Elle avait la sensation d’être vide d’énergie. Suivie par un psychiatre, elle prenait des anxiolytiques qui la rendait « molle ». Elle voulait « aller mieux pour retourner travailler », m’avait-elle chuchoté, sans grand espoir.

Elle a suivi 3 séances. Les objectifs de chacune des séances étaient de lui redonner dans un premier temps de l’énergie pour évacuer ces pensées négatives et « remplir son vide intérieur » grâce à la mise en état d’hypnose. Je la voyais sourire, le dos droit. C’était mon signal à moi pour sentir que  son vide devenait plein. Elle semblait reprendre un peu de vie, suffisamment pour continuer. Puis, dans un second temps venait le protocole. Je la guidais dans une histoire qu’elle imaginait sous forme de visualisations, de ressentis ou de messages. Chaque détail du scénario avait son importance. Le but était d’aller transformer les symboles révélateurs de son mal-être. Elle appréciait. Je le sentais. Une part de son enfant intérieur se réjouissait d’être entendu. Son visage se détendait.

Ainsi, avec mon aide, Claire a exploré et modifié les blessures de son enfance, et notamment le fait qu’elle n’était pas désirée. Lors de cette séance, une vraie transformation s’est opérée. Dans son histoire intérieure, elle se voyait au dessus de l’océan. Elle ne voulait pas plonger dans l’eau, comme paralysée. Je l’ai donc accompagné pour qu’elle se libère de cette paralysie imaginaire afin qu’elle puisse se baigner et jouir de cet instant créé. Elle a fini par trouvé ce qui la tétanisait. Elle ne se sentait pas autorisée à plonger. Alors, ensemble, elle a changé son histoire. Elle a finalement dénoué ce noeud inconscient et elle s’est immergée dans l’océan, l’origine de toute vie. « Je me sens pleine de joie» m’a exprimé spontanément Claire à cet instant de la thérapie. A travers ce symbole, elle a libéré des blocages liés à sa naissance dont elle n’avait jamais pris conscience et qui pourtant influençaient son quotidien. Un maillon de la chaîne s’est reconstruit.

Après cette séance là, Claire m’a confié qu’elle avait ressenti son corps plus léger et qu’elle était un peu plus sereine dans la rue.

Ses 3 séances lui ont permis d’installer une routine pour prendre soin de son stress et de ses peurs. Elle a continué à écouter des enregistrements audio d’hypnose et de méditations que je lui avais crée. Elle m’a raconté les écouter le soir pour l’aider à dormir. Elle a continué son traitement médical conventionnel et ses suivis médicaux. Et, quelques mois plus tard, elle a reçu un soin RTMS à l’hôpital qui a été un vrai «réussite » pour améliorer son état psychique. Aujourd’hui, elle a repris son travail en temps partiel thérapeutique.

Ps: Pour respecter la confidentialité, j’ai indiqué un faux prénom.

Perdre du poids avec l’hypnose humaniste

Aujourd’hui, Annick est venue me voir pour maigrir un peu. Elle est âgée de 66 ans et « se sent mal dans ses linges » me confie-t-elle. Je l’écoute et je la regarde. Ses mains posées sur ses cuisses, le dos décollé du dossier, elle semble un peu tendue. Son souffle est court : « ça m’est tombé dessus ». Depuis l’âge de 50 ans, elle a pris 20kg. Elle ne se reconnaît plus.


Comme Annick, je reçois des femmes qui souhaitent retrouver un poids de forme et un rapport plus harmonieux à la nourriture. Anorexiques, Boulimiques, avec des pulsions alimentaires ou non, toutes ses femmes ont le point commun de rejeterl’image de leur corps et de manquer de confiance. Elles me disent manger pour se faire du bien. Annick, elle grignotte le soir devant sa télé une fois Luc, son mari,au lit. Plutôt « sucré », elle m’avoue craquer sur le chocolat, noir, au lait, en barres…selon ses humeurs. C’est une manière de combler un vide, celui de la solitude.
 
Une solitude que sa mère, Viviane, vit également. « Depuis le décès de son mari René, ma mère s’ennuie. La solitude lui pèse. Elle veut aller chez les uns et chez les autres. Elle est sur notre dos et c’est lourd. » Au fil de la conversation, je comprends que cette solitude de Viviane se « transmet ». Par amour, par loyauté, Annick porte inconsciemment les mémoires de sa mère.

Cette solitude d’où provient-elle?
Elle me révèle ainsi que Viviane a perdu sa mère très jeune, à l’âge de 16 ans, le jour de son mariage en 1928. Elle lui aurait dit avant de partir qu’elle pouvait maintenant s’en aller puisque sa fille avait quelqu’un. Depuis, ce « quelqu’un », son mari, est décédé. Viviane se retrouve donc seule avec un profond sentiment d’abandon qui se répète à chaque génération. Annick s’alimente en excès pour combler inconsciemment ce vide d’amour dont elle hérite.

Et cette chaîne d’amour ne semble pas s’arrêter à Annick. Outre ses 2 soeurs en surpoids, ses filles connaissent également pour l’une un problème de surcharge pondérale et pour l’autre une période d’anorexie sévère. Elle témoigne d’ailleurs de son inquiétude et de sa grande culpabilité. Cet état émotionnel, psychique et psychologique est également une source de conflit intérieur participant à son rapport toxique aux aliments.

Le constat est probant. Les troubles du comportement alimentaires trouvent en grande partie leurs origines dans les mémoires familiales. Mais est-ce uniquement ces empreintes transgénérationnelles qui poussent Annick à se nourrir entre les repas? Non. Son enfance et la relation entretenue avec ses proches a joué un rôle aussi.

Nous sommes le fruit de nos propres expériences et de celles de nos parents, grands-parents, arrières-grands-parents….Ainsi lorsqu’une personne vient me voir pour perdre du poids, bien souvent les causes sont multiples. Il est nécessaire de creuser dans les générations précédentes toute autant que dans le passé de la personne pour que les résultats soient pérennes.

Suite à ses 5 séances d’hypnothérapie, Annick s’est libérée de toutes ses pulsions alimentaires et à modifier bon nombre de choses dont elle n’avait pas conscience. Elle s’autorise un chocolat à la fin du repas occasionnellement. Elle a retrouvé un lien plus sain avec sa mère qu’elle accueille chez elle un jour par semaine. Et, elle a perdu 9 kg ! Bravo à elle !


Une séance d’hypnose humaniste pour perdre du poids peut être efficace mais bien souvent lorsqu’on tire sur un fil, le maillage inconscient se détricote. Il appartient ensuite à la personne de choisir de poursuivre ou non son chemin de transformation intérieure.

Découvre mes tarifs.

Ta naissance, un nouveau souffle


10h. Le Mans. Jeudi 10 Décembre.
 
« Je ressemblais à un lapin. Ma mère a crié. On m’a pesé sur une balance pour les lapins, puis on m’a déposé au coin du feu pour réchauffer la bête. » Lors de sa séance, Martine me confie ces mots avec émotions. Sa naissance violente. « Une enfant de la honte » que l’on aurait voulu tuer. Des dizaines d’années plus tard, les séquelles sont là. Elle marche difficilement. Elle peine à vivre avec légerté. Un handicap sans origine connue. On lui reconnaît toutefois un déséquilibre au niveau du bassin. Le bassin, là où les femmes portent la vie. Cette dame est venue me rencontrer pour tenter de comprendre les origines de sa difficulté à avancer.
 
«  Je ne voulais pas sortir. Aucune contraction. J’étais en souffrance foetale. ». Marion, elle, s’est sentie rejetée pendant son enfance. Elle manque de confiance en elle et vit des vagues d’émotions extrêmes. Anxiété, phobie. Sa mère ne la désirait pas. Toute sa vie elle a été fusionnelle avec elle. La peur d’être abandonnée. Elle a souhaité me voir pour s’apaiser, mieux gérer ses émotions et se libérer de sa dépendance affective.
 
Que puis-je faire pour toi?
 
Sylvie fond en larmes. Elle est anxieuse depuis son plus jeune âge. Plutôt introvertie, elle s’exprime peu. Elle a des difficultés à s’affirmer. Lorsque je la regarde, son visage ne sourit pas. «  Je suis arrivée après une fausse couche. Ma mère m’a dit que je ne serais pas là si le bébé avait vécu. J’ai toujours ressenti une profonde tristesse. Un sentiment de ne pas exister aux yeux de ma mère. »  Sylvie a vécu un burnt out il y a quelques années. Elle souhaite laisser derrière elle son état dépressif, trouver un travail qui lui plait et s’autoriser à dire non.

Et toi, comment s’est déroulé ta naissance? As-tu été désiré?
 
J’aborde chacune de mes séances d’hypnose humanise avec un objectif commun : trouver dans ton histoire l’origine de tes souffrances. Elles sont multiples. Chacun vient avec son histoire et ce qu’il est. Tu es unique. Chacun de mes patients est authentique. Pourtant, cette question est fondamentale pour éclairer ton quotidien.
 
Ces 3 femmes, de 80, 29 et 45 ans, sont venues me voir pour comprendre leurs souffrances physiques, psychologiques ou psychiques. Leur conception et leur naissance les ont éclairées.
 
Né(e) prématuré(e), en césarienne, par voie normal, à la vitesse éclaire ou durant de longues heures,  né(e) fille quand on attendait un garçon, non-désiré(e), né(e) sous X, ….. ta conception, ta naissance et l’environnement psychosocial dans lequel tu es arrivé(e) conditionne ta vie d’aujourd’hui.


 
Suite aux séances, Martine a ressenti une profonde libération. Son visage était plus luminueux. Elle marche aujourd’hui avec plus d’assurance mais nous continuons ensemble à explorer d’autres pistes de son histoire. Marion, quant à elle, a ouvert les yeux avec un dynamisme extraordinaire ! Elle a eu envie d’en parler à sa mère, qui est venue me voir quelques semaines après. Et, Sylvie a été agréablement surprise par la puissance de l’hypnose humaniste. Elle est restée discrète sur ses prises de consience mais son corps a parlé pour elle : des larmes au sourire, d’un corps tendu à un corps détendu.
Les constats sont immédiats. Ta naissance va te donner un nouveau souffle.
 
Ps: Pour des raisons de respect de leur vie privée, j’ai utilisé de faux prénoms dans cet article.

Découvre mes accompagnements.

Regard sur l’hypnose humaniste

9h. Le Mans. L‘hypnose humaniste. Cette pratique m’a sauvée. Et pourtant, je ne me pensais pas en péril! Elle m’a ouvert les yeux sur ma condition humaine et sur mon fonctionnement interne. J’ai découvert lors de séances individuelles avec des hypnothérapeutes et lors de ma formation un monde à l’intérieur de moi. J’ai ouvert cette porte au creux de mon arbre et je suis allée voir pour la première fois toutes les peurs mais aussi les richesses que contenaient mes branches, mon tronc et mes racines.

Bien souvent, les maux physiques ou les troubles du comportement nous amènent à consulter. La cigarette, le poids ou les burn out. Moi, un mal-être. Un ras-le-bol. La peur de demain. J’ai vu mes branches abîmées par ma tristesse. Ma relation de couple toxique, le décès de mon frère, mon corps que je n’arrivais pas à aimer. Pour guérir ces branches, on m’a conseillé d’aller voir si mon tronc était en bon état pour les soutenir. Oui, à quoi bon panser les plaies, si les petits cailloux qui ont pénétrés dedans ne sont pas retirés! Et quelle surprise! Il était ravagé par mon passé! Vous savez ces petites bêtes, les mauvais souvenirs, qui vous laissent parfois tellement horrifiés qu’elles sont chassées dans un coin. Elles continuent tout de même à ronger le bois du plancher! Mon enfance, ma naissance, et même ma conception ont laissé des traces perceptibles! Mon tronc était bel et bien fragilisé. J’avais peine à respirer, sans le savoir.

Avec patience et foi, l’hypnose humaniste m’a guidée au coeur de moi. Après plusieurs séances, j’ai commencé à pratiquer l’auto-hypnose chez moi. J’avais des outils à utiliser au quotidien. Des branches aux racines, j’ai découvert LA CLE DU BONHEUR : SOI. Je suis responsable de la façon dont je vis mon rapport à moi et aux autres. Mes émotions m’appartiennent. Elle ne sont le fruits que de mes réactions intérieures à des évènements extérieurs. Depuis lors, j’apprends à ressentir mon corps et à entendre les messages. Je prends soin de ma météo intérieure. Je gagne en paix et en joie chaque jour. Je respecte de ce fait mes proches et les accompagne vers plus d’amour.

L’hypnose humaniste est une pratique qui initie le changement en soi et autour de soi. Elle nous guide vers plus d’humanité et de vivre ensemble. Elle ouvre à la compréhension de notre écosystème et au respect des lois de la nature. Elle nous relie au vivant. L’hypnose humaniste est une connexion à la vie.

Comment se déroulent mes séances d’hypnose humaniste.

Mes tarifs

Naître femme

9h30. Le Mans. Etre femme. Je n’ai jamais bien su auparavant ce que cela voulait dire. D’ailleurs, je ne m’étais jamais réellement posée la question. J’étais aveuglée par la vie idéale que je voulais atteindre. Avoir une famille et être heureuse. Comme tous et toutes, l’important pour moi était de réussir. Réussir quoi? D’ailleurs, ai-je bien réussi ? Par rapport à qui ou à quoi puis-je répondre à ces questions? Je me suis mariée une première fois, j’ai eu un garçon, N’semi. Puis, je me suis séparée de son père. J’ai refait ma vie avec un autre homme avec lequel tout s’est terminé rapidement. Ma vie sentimentale n’a pas été bien rose. Je me suis toujours sentie seule. Je me suis réfugiée dans mon rôle de mère. Je souffrais tant dans celui de « femme »! Eduquer mon enfant, le faire grandir et l’aimer du mieux que je pouvais. J’ai donnée beaucoup. Beaucoup trop. Je me suis dépouillée. C’est dingue les ressources que l’on a à l’intérieur !! J’ai offert mon corps et mon coeur. J’en ai eu des séquelles invisibles mais bien profondes. Je ne me sentais pas heureuse et vivante. Je ne riais plus. Et pourtant je les aimais. Comment en suis-je arrivée là? Est-ce cela la vie? J’ai un moment voulu revenir petite fille tellement elle était dure cette vie de femme. J’ai tout fait pour réussir, mais rien allait. Il n’y avait qu’à écouter ma mère ! Et même dans le domaine professionnel, j’ai longtemps fait des petits jobs en attendant de vivre de ma passion pour la photographie. Je m’accrochais à mes rêves. Puis, j’ai trouvé un CDI lorsque N’semi est né pour assumer mon rôle de parent. Ce fut une petite parenthèse agréable, une respiration. Je retrouvais un peu d’estime et de confiance en moi.Ce fut de courte durée. La fin de mon contrat s’est mal passée. Une trahison. Je me mentais à moi-même. Cette force intérieure me guidait sans cesse vers un ailleurs. L’intuition. J’avais parfois peur. Ma raison s’en mêlait, celle de mes parents aussi. Où m’emmenait-elle cette flamme qui brûlait en moi? Elle renversait tout sur son passage et je devais la suivre?

Oui, pour traverser tout ce chemin vers la femme que je suis devenue, j’ai continué à écouter et ressentir ce que mon coeur choisissait. J’ai laissé dire le mental, le mien et celui de mes proches. Ma détermination à vivre mieux était plus forte. J’ai gardé et entretenu cette foi inébranlable que l’impossible est possible. Je pourrais faire de mes rêves ma réalité. J’ai osé demander de l’aide. Puis, je me suis formée à l’hypnose humaniste pour mieux comprendre le fonctionnement humain. J’ai découvert un outil puissant de transformation. La métamorphose a commencé. Ma naissance. Puis, j’ai appris à méditer. La lumière sur mes blessures s’est faite plus claire. J’ai découvert le monde sensoriel. Qu’il est beau et doux! Ma perception du monde a changé. Je suis passée de l’ombre à la lumière. j’ai redonné un sens à ma vie en communiquant avec mon être intérieur. J’ai ouvert de nouvelles portes. Je me suis libérée des mémoires de ma lignée de femmes et de celles de l’inconscient collectif.

Aujourd’hui, Un nouveau socle s’offre à mes pieds. Je contemple un nouvel horizon. Mon regard sur mon corps est plus aimant. Ma sexualité s’est métamorphosée. Ma confiance en moi s’est consolidée. Mes relations sont devenues plus harmonieuses. Mon visage de maman est plus souriant.

J’aime mon passé, je me détache du futur. Je vis de plus en plus au présent. J’introduis la pleine conscience dans mon quotidien. Je suis encore en chemin mais je sens déjà une forme de paix intérieure. La femme qui est en moi est née et s’épanouit.

J’ai vécu ce que l’on nomme le retour à Soi.

Tout au long de ce blog, je souhaite partager avec toi cette route tumultueuse, une traversée pour atteindre ma féminité libérée. A travers mon parcours, peut-être y verras-tu les collines de ton propre éveil, celui d’une femme consciente et responsable.

Ose écouter ton coeur et poursuivre tes rêves.

Voir mes accompagnements de femmes

Les anniversaires de Noël

9h30. Le Mans. Jeudi 3 Décembre. Nous voilà en Décembre. Je n’ai rien vu passé! Lorsque j’étais enfant cette période était très longue. Je comptais les jours avant Noël. Aujourd’hui, les décorations commencent à illuminer les maisons et je ne ressens plus cette magie enfantine légère et douce. Des pensées.Trop de pensées ! Je ne compte plus les jours mais mon argent ! Je pense à demain. Mon esprit enfantin fait souvent la moue. Mais, parfois je le sens, il esquisse un léger sourire en coin. Et si la joie se cachait en moi ? Je ne sais pas toi, mais moi mon coeur vibrait à l’idée de se réunir en famille et de vivre des moments de bonheur. Les cadeaux. Oui, bien sûr j’avais hâte de me lever et de les découvrir devant le sapin. Que me reste-t-il de ces moments de fête? La joie de construire une maison de poupée avec mon père, se rassembler en famille, la chaleur du feu dans la cheminée, les chocolats par milliers, les bougies allumées dans lesquelles on trempait nos doigts…et…et puis …? des objets que je n’ai plus en mémoire. Tout ce que j’ai gardé au creux de moi, malgré moi, ce sont ces émotions, ces sentiments vécus lors de cette fête annuelle. 36 Noël. Seulement, voilà, elle n’a pas toujours été joyeuse cette période. D’ailleurs, on oublie vite les mauvais souvenirs pour ne se rappeler que des plus beaux. Pourtant, ils sont imprimées là, dans mon coeur et dans mon corps. J’ai un mal de ventre ce matin. Interrogation. Je ne me sens pas stressée et pourtant j’ai les boyaux qui se tordent. Je réfléchis….je n’ai a priori rien mangé d’extraordinaire hier. Et oui! Je le sais, mon corps parle. J’apprends à l’écouter. Il raconte mon passé. Une période anniversaire. Beaucoup d’évènements ce sont déroulés depuis ma naissance en Décembre. Je parle d’événements plutôt désagréables. Le premier Noël sans mon frère, la séparation de mes parents, ma propre séparation avec le père de mon fils et la séparation avec mon bébé… l’accouchement est une véritable séparation…un déchirement intérieur. C’est la fin d’un cycle. Et le début d’une nouvelle vie. La mort pour La vie.

Malgré ces douleurs, la joie est là!  Mais elle suffoque sous ce tas de mélasse. Aidons là ! Il est temps que cet enfant intérieur s’exprime. Renaître. Respirer le nouveau monde. Cette année, ma décision est prise, je lui donnerai de la place. Vivre la magie. Rire. Et toi, n’as-tu pas envie de rire aussi?  Le signal est lancée. Depuis que mon corps sait, c’est marrant, tout plein de maux font surface ! Doucement, un à la fois ! Tout le monde pourra être chouchouter ! Quel bonheur de se libérer ! oui, cette année, c’est annoncé, Noël sera vraiment particulier…massage, méditation, soin Reiki, séance d’hypnose…prends soin de toi ! Réveille ton esprit heureux qui sommeille en toi pour accueillir amoureusement cette nouvelle année 2021! 

Les graines en terre

Les graines sont en terre. 07:20. Le Mans. Mon réveil sonne et pourtant j’aimerais rester sous la couette! Quel froid ! Ce matin est un grand jour. J’ai décidé d’O.S.E.R prendre le temps. Je te vois venir…Non!  je ne vais pas flemmarder dans mon lit ! C’est d’ailleurs impossible. J’ai un autre réveil qui bouge et qui me signale « très délicatement » que c’est l’heure. Gagné ! C’est mon fils, N’semi, de 4 ans presque 5 ( je le précise, il y tient !). Je suis donc debout.

Aujourd’hui, j’ai décidé de P.R.E.N.D.R.E le T.E.M.P.S de construire en profondeur mon projet professionnel. Tout le monde court à sa réussite, moi la première. On gagne aussi vite que l’on perd. Ou bien, justement, on dépense plus vite que l’on gagne! Avons-nous vraiment le temps de percevoir les actions les plus justes? A vouloir arriver le premier, on s’égare. Alors j’ai choisi de sortir de la course et de poser des fondations solides, celle qui résisteront à la météo interne et externe.

Il est temps de R.A.L.E.N.T.I.R. et de méditer pour revenir à mes valeurs. Je marche en forêt régulièrement. Je m’oxygène. Paraît-il qu’on a les idées plus claires ensuite ! Je me synchronise à mon rythme biologique, familial et à celui de l’automne qui m’invite à plus d’introspections. J’ouvre les portes de mon inconscient. Et, la magie opère. Je distingue plus facilement mes envies profondes de mes désirs fugaces. Les unes persistent, les autres s’envolent. J’y vois plus clair. La sororité, la créativité, la nature, le retour à Soi. Mes projets essentiels se dessinent. Ils s’enracinent et se nourrissent au fil des semaines de cette nouvelle énergie plus fluide et plus légère.

Qu’il est bon de R.E.S.P.I.R.E.R ! Je me sens plus alignée avec moi-même. J’ai beaucoup moins d’inquiétudes vis à vis de la relance de mes activités de praticienne en hypnose humaniste et énergéticienne . Je sens que chacune de mes décisions sont prises au bon moment. Je prends le temps d’écouter mon corps et mon coeur. L’ A.N.C.R.A.G.E est plus fort. J’ai finalement l’impression d’avancer bien plus vite qu’avant, tout en étant en paix. Quelle joie ! Je m’approche de mes rêves.

Et, si ma raison fait irruption en me rappelant  » que les temps sont durs et qu’il faudrait allez plus vite »,  je la rassure en lui disant que les graines en terre gagnent en puissance et préparent assurément l’abondance pour demain.

Cette période m’invite à la P.A.T.I.E.N.C.E et à la V.O.L.O.N.T.E.